Imprimer 

 C’est l’Eglise de la Paroisse Sainte-Claire, située sur la Route de Frères à Pétion-Ville, qui a été sélectionnée pour accueillir la messe d’actions de grâces dite à l’occasion des festivités commémoratives du cinquième anniversaire du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ). Cette messe couronne toute une kyrielle d’activités organisées en prélude à la célébration officielle. Une façon pour la jeune institution de se remettre dans les bras du Créateur de toute chose et de faire provision d’énergie pour les prochaines années.

 « Pour avoir la paix, il faut réparer et préparer la Justice » : c’est avec ces mots que le révérend-prêtre Domerson, Vicaire de la Paroisse de Sainte-Claire, à Pétion-Ville, a mis fin à la messe d’actions de grâces dite en présence du Président du CSPJ, Me. Jules Cantave ; de la Vice-présidente, Me. Wendelle Coq-Thelot ; d’autres membres du Conseil, de Magistrats, d’Avocats, de cadres et employés du CSPJ.
En effet, l’assistance, composée essentiellement de gens de la Basoche, a tenu à payer de sa présence pour célébrer avec le Conseil et remercier le Dieu trinitaire pour avoir su montrer la voie aux dirigeants du Pouvoir Judiciaire.
Dans son sermon de circonstances, le prêtre-célébrant a rappelé à l’assistance, qu’en tant que Magistrats, Avocats et autres professionnels du Judiciaire, juges, leurs fonctions leur permettent parfois de se tenir à la place de Dieu,  puisque Lui-Seul a le droit et le Pouvoir de Juger et qu’Il leur a donné un défenseur unique en son Fils Jésus.
« Cela rend votre tâche plus lourde et plus délicate mais surtout beaucoup plus noble », a déclaré Père Domerson. « Puisque vous vous tenez à Sa place, il vous donne la force nécessaire pour accomplir votre noble tâche », a-t-il encore dit aux magistrats assis et debout présent dans l’enceinte de ce temple.
Le célébrant principal n’a pas manqué de signaler les multiples difficultés auxquelles font face les Magistrats dans l’exercice de leur fonction. « Vous êtes là pour rendre Justice alors que vous, vous n’avez pas accès à cette Justice. Vous êtes là pour essayer de comprendre et décider, alors que vous, vous n’êtes pas compris », a constaté le religieux qui a tenu malgré tout à encourager les Magistrats en dépit de la mécompréhension sociale à laquelle ils font face dans le quotidien.
Pour sa part, le Président du CSPJ, Me Jules Cantave, a tenu à prendre la parole en cette occasion si solennelle pour encourager ses pairs Magistrats à faire œuvre qui vaille. Il a eu aussi à présenter partiellement le bilan des cinq années de travail du CSPJ. S’il estime qu’il y a encore beaucoup à faire, Me. Cantave croit, néanmoins, que les choses ont évolué depuis la fondation de ladite institution. Les contraintes conjoncturelles et structurelles auxquelles fait face le CSPJ l’ont empêché, dit-il, d’atteindre totalement tous ses objectifs. Par contre, beaucoup de pas ont été franchis depuis l’installation du Premier Conseil ou la Première Judiciature, le 3 juillet 2012.
Affichant un optimisme et une détermination sans bornes, Me Cantave croit que ce premier quinquennat va permettre au Conseil d’apporter de sérieux changements au sein de l’appareil Judiciaire en Haïti. Après la messe, les membres du Conseil, cadres et employés du CSPJ, les invités qui avaient fait le déplacement se sont rendus au local du CSPJ, juste en face, pour continuer la célébration autour d’un vin d’honneur dans une ambiance conviviale que seuls peuvent en créer les adeptes de Thémis.
A rappeler qu’en prélude à la célébration officielle de ce cinquième anniversaire, diverses activités ont été organisées par le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) dont une série de conférences-débats qui s’est déroulée du 29 mars 2017, date ramenant le trentième anniversaire de l’adoption de la Constitution en vigueur, au 28 juin 2017, soit quelques jours après la célébration de la Saint Yves, Patron des Avocats.

 

Vanessa DALZON
et
Samuel BAUCICAUT