Imprimer 


President Jules CANTAVE sEANCE fORMATI

- Monsieur le Président de la Fédération des Barreaux d’Haïti, et également Bâtonnier de l’Ordre des Avocats du barreau de Port-au-Prince ;
- Mes chers collègues Conseillère et Conseillers membres du CSPJ ;
- Monsieur le représentant de l’Ecole de la Magistrature ;
- Collègues Magistrats de la justice de paix ;
- Mesdames/Messieurs les représentants de la presse ;
- Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs ;

C’est un honneur pour nous, du Conseil supérieur du pouvoir Judiciaire (CSPJ), de vous accueillir ce matin, et en profitons pour vous renouveler nos souhaits de plus cordiale bienvenue.
Il y a de cela moins de deux semaines  à peine, que nous étions rassemblés à  l’Hôtel Montana, à Pétion-Ville, pour prodiguer certains conseils, fournir certaines notions, aux inspecteurs judiciaires, fraîchement  embauchés.  Ce projet, d’une valeur inestimable pour la justice de notre pays, portait sur l’inspection des Magistrats des dix-huit juridictions de la République ; ce qui permettra à tout un chacun de voir notre volonté d’avancer sur la voie d’une distribution de justice équitable, saine et impartiale en faveur de nos concitoyens, sans aucune distinction, et qui ouvrira à coup sûr, la porte vers l’établissement d’un véritable état de droit.
Aujourd’hui encore, nous sommes à nouveau réunis dans la salle de Rock Cadet de l’Ecole de la Magistrature (EMA), dans le but précis de lancer un programme de formation continue d’une très grande valeur pour la justice, en général, à l’intention de nos Magistrats œuvrant à tous les niveaux, en commençant par la Justice de Paix.
En effet, ils sont appelés, comme ils le font à présent, à intervenir quotidiennement dans la vie de notre société car la loi fait d’eux des pères de famille, des Juges de proximité etc., etc.  Pourquoi, ils sont obligés d’être des gens très bien avisés et très bien préparés pour pouvoir remplir correctement leurs tâches si ardues, incluant leur devoir.
Il faut se rappeler, Mesdames et Messieurs, que ces Magistrats œuvrent dans  leurs attributions, tantôt en juridiction contentieuse tantôt en juridiction gracieuse ou conciliatoire.
Il arrive très souvent malheureusement, j’ai le regret de le dire, que des faits qui auraient dû être traités dans la chambre conciliatoire sont dirigés vers la contentieuse causant ainsi de graves déchirures dans le tissu social et parfois l’irréparable.
Nous rendant compte de tout cela, et voulant aider, sans mettre en doute la capacité de nos Magistrats, nous avons jugé bon, après consultation et avec l’accompagnement de nos partenaires, de mettre sur pieds ce programme de formation continue, dans le but de renforcer les compétences des Juges en toutes matières.
Je pense que c’est une des plus louables initiatives que le Conseil, de concert avec ces partenaires, puisse entreprendre, en vue de permettre à nos Magistrats de pouvoir s’asseoir ensemble et de discuter autour des termes d’importance capitale pour notre justice.
Je m’imagine déjà les réflexions, les débats, les interrogations etc, etc que va engendrer cette formation continue au niveau des Magistrats aussi avisés comme vous l’êtes, et toute une série de propositions qui en sortiront, dans le but de trouver la où les meilleures formules à utiliser pour aider à rendre possible l’accès à la Justice à tous nos frères et sœurs haïtiens, souffrant depuis des lustres du problème de l’exclusion sociale sous toutes ses formes.
Je voudrais attirer votre attention, Mesdames/Messieurs les juges de proximité, sur le fait que ce programme débutant aujourd’hui, à mon humble avis, arrive à un très bon moment.  Car, dans deux mois on va entamer la nouvelle année judiciaire pour l’exercice 2016-2017.  Nous devons en profiter pour apporter du nouveau dans ce que nous allons offrir comme service à la population haïtienne.
Ce disant, le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire et ses partenaires se font le devoir de vous rassembler ici pour quatre ou cinq jours consécutifs, dans le but de vous inculquer, vous rappeler de certaines notions importantes, de certaines procédures  le plus richement  possible.
Honorables Magistrats, la loi fait de vous des Juges au sein du Pouvoir Judiciaire.  Pourquoi, vous avez l’obligation d’être des gens très bien avisés et très bien préparés pour pouvoir remplir correctement ces tâches si ardues, incluant votre devoir.
Vous ferez preuve de grandeur d’âme en vous mettant tout à fait disponibles et disposés tout au cours de ces quatre ou cinq journées de travail.
J’espère, collègues Magistrats, qu’à votre sortie de cette formation, nos Tribunaux et Cours vont être dotés de Magistrats plus capables, plus compétents et plus aptes à aider nos concitoyens à bénéficier les services d’une justice saine, équitable et impartiale.  Ce qui leur permettra de regagner confiance en notre justice.
Que ces quatre ou cinq journées de formation continue soient une réussite! Que que notre  justice et toute la communauté haïtienne en soient les grands bénéficiaires!
Sur ce, nous déclarons ouvert ce programme de formation continue à l’intention de nos Juges travaillant aux Tribunaux et aux Cours, en commençant par ceux de la justice  de Paix.
D’ores et déjà, je vous souhaite bon travail et bonne chance!

Merci !

Me. Jules CANTAVE
Président du CSPJ