Imprimer 

Me. Jules Cantave, nouveau Président du CSPJ Lundi 9 Mars 2015, le Président Martelly, accompagné du Premier Ministre, Evans Paul, de Pierre Richard Casimir, Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique et du Président du Sénat, Andris Riché, a assisté à la prestation de serment du nouveau Président de la Cour de Cassation et du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), Me Jules Cantave, ainsi qu'à la cérémonie de remise de Commission à la 5ème promotion de magistrats de l’Ecole de la Magistrature.

« Je jure d’appliquer les lois en vigueur, d’aider à une distribution saine et impartiale de la justice et de me conduire comme un digne et loyal magistrat » a déclaré solennellement le nouveau Président (33 ans de carrière), qui remplace à ce poste le très controversé Me Anel Alexis Joseph, qui avait démissionné, conformément à la recommandation de la Commission Consultatives Présidentielle du 8 décembre 2014.

Dans son discours le Chef de l’État a déclaré « Ma présence ici s'inscrit dans le cadre de mes attributions de veiller à la bonne marche des institutions de l'Etat. Je vous formule le vœu de l’État pour une Justice neutre, impartiale, accessible à toutes les couches de la population. Le travail qui vous attend, à travers cette double attribution de Président de la Cour de Cassation et de Président du CSPJ, est gigantesque. Double investiture qui vous confère la haute mission de faire fonctionner la justice, d’administrer et de réguler le système judiciaire. Vous devez vous attendre à ce que chaque acte que vous posez dans le cadre de vos fonctions sera scruté à la loupe. Il vous faudra travailler sans relâche pour améliorer l’état de fonctionnement de la Justice. »

Par la suite, le Président Martelly à participé à la Cérémonie de Remise de Commission aux diplômés de la 5ème promotion de l'EMA. S’adressant aux nouveaux Magistrats récipiendaires, le Chef de l’État leur à rappelé « Vous avez l’énorme mérite d’être les interlocuteurs privilégiés d’une population, qui demande sans cesse justice. Le travail qui vous attend, Mesdames et Messieurs, est-il besoin de le rappeler, est immense. Permettez que je vous renouvelle, au nom de l’État et du Peuple haïtiens, toute mon admiration pour les sacrifices consentis. L’évènement d’aujourd’hui est le couronnement d’un dur labeur que vous avez accompli avec succès. Qu’il me soit permis de vous présenter mes compliments pour avoir bouclé avec brio ce long cycle professionnel. Chacun de nous souhaite consacrer le meilleur de lui-même pour que la République se raffermisse, pour que la République aille de l’avant. Vous prenez vos fonctions, dans un contexte de besoin intense. Quand les dossiers prioritaires sont gérés dans l’urgence qu’ils méritent, alors l'État reprendra le dessus en tout et partout. Il faut mener le bon combat, le combat pour une justice neutre, impartiale, où la boussole de tous les intervenants reste la loi. Rejoignez-nous donc, Magistrats récipiendaires, pour faire avancer l’État, pour faire avancer sa juste cause ».